François Schmidt - Dessinateur - Illustrateur
banderole

( Pour découvrir directement les dessins, rendez-vous à la rubrique galerie )

 

 

On ne se balade pas dans un dessin de François Schmidt : on y plonge.

On s’y perd, avec le doux plaisir de ne pas vouloir retrouver la sortie. 

Tout y est vie, multitude, curiosité, sorte de grands labyrinthes aussi touffus que précis.

Les détails du trait donnent vie, les chemins traversés proposent des rencontres et des anecdotes

insolites, et le voyage forcément allègre de l’œil nous appelle vers d’autres rêves.

 

 

Dessiner c'est aimer à nouveau... 

Je dessine avec un désir de précision presque maniaque. Comme Gabin dans le "Quai des brumes",  je trace les choses qu’il y a derrière les choses, pour de vrai comme disent les enfants. Je m’use les yeux à additionner les détails, à collectionner les collections et glisser ma petite musique. Le fouillis c’est la vie, l’anecdote mène aux grandes histoires.

Souvenirs d'enfance inventés, il ya des cabanes dans les arbres, des bateaux dans les branches et des cages à oiseaux désertes qui dessinent un univers en noir et blanc, paisible et tranquille. Je crayonne mes mondes intérieurs sur des papiers couchés. Parfois pour sortir de ma torpeur, je glisse, cachés sous les feuillages, un bout de femme nue, un voyeur minuscule, un animal chimérique. Il faut chercher dans le dédale des traits cette cuisse ou ce sein découvert dont j’oublie les emplacements et que je retrouve avec plaisir.

Mon trait est celui d'un graveur refoulé qui a choisi la douceur du papier plutôt que la puissance de la presse écrasant la feuille de métal. Pas ou peu de dessin préalable : je construis mon image de bas en haut et de gauche à droite, trait après trait. En vérité, c’est le dessin qui se construit sous ma main. Il s’impose, prend sa place peu à peu et s’équilibre avec calme nourri de patience et de plaisir. Très peu de couleur : elle devient si rapidement envahissante, et puis les dégradés de gris peuvent être si colorés ! Quand les yeux piquent et que le dos demande grâce, je découvre ce que j’ai réalisé. Plaisir de me perdre dans ce que j’ai créé, de suivre les sentiers, de sentir les imperfections, de découvrir les erreurs et sourire aux détails cachés. Bref, refaire ce chemin que je vous invite à partager. 

A tous, amis, inconnus, étranges étrangers, passagers éphémères de ce site, je dis merci : sans vous ma passion serait vaine. Dessiner, c'est partager, c'est aimer à nouveau.

 

François Schmidt crée des dessins, des affiches et des travaux graphiques exposés en France et hors des frontières. Il écrit parfois, en particulier pour les éditions de l'Effervescence dont il est un des fondateurs. Il a contribué à la réalisation d'une trentaine de livres et ses albums " La Cathédrale Engloutie", " le Tyran, le luthier et le temps ", " Jardins, Gloriettes et Cabanes perchées "  et tout récemment "Drôles d'Îles" sont les plus connus. Depuis une douzaine d'années il réalise des dessins d'actualité pour France 3 Champagne-Ardenne et travaille pour le monde du Champagne. Le noir et le blanc, la faible place accordée à la couleur, le souci du détail et la poésie caractérisent son travail. 

 

Je suis un graveur repenti, devenu dessinateur par paresse. A Reims, je crée des dessins que j'expose en France et hors des frontières. 

J'écris également, en particulier pour les éditions de l'Effervescence dont je suis un des fondateurs ; j'ai contribué à la réalisation d'une trentaine de livres. Je dessine pour France 3 Champagne-Ardenne et souvent je travaille pour le monde du Champagne auquel je prête mon crayon en échange de bulles.

Le noir et le blanc, la faible place accordée à la couleur, le souci du détail et la poésie caractérisent mon travail.  

Je vous invite : suivez le guide !